Qu’est-ce que le point G ? Existe-t-il vraiment ? Quelles sensations procure-t-il ?

Qu’est-ce que le point G ? Existe-t-il vraiment ? Quelles sensations procure-t-il ?

Impossible de parler du plaisir sexuel de A à Z sans passer par le point G.

Il faut le reconnaître, c’est un sujet controversé. Beaucoup prétendent que la stimulation de cette zone érogène à l’intérieur du vagin peut déclencher chez la femme des sensations de plaisir incomparables et conduire à des orgasmes incroyables ; d’autres affirment que le point G est un mythe perpétué par les médias et qu’il n’existe absolument pas.

Une chose est certaine, les femmes n’ont rien à perdre à explorer leur corps, seules ou avec un partenaire, et à découvrir si elles prennent du plaisir à jouer avec cette zone particulière. Quoi que vous découvriez, la recherche du point G promet de bons moments pour tous et sera peut-être la plus belle chasse au trésor à laquelle vous n’ayez jamais participé.

Avec le guide complet de Durex, vous allez devenir incollable sur le point G en un rien de temps.

Qu’est-ce que le point G ?

Le point G doit son nom à un gynécologue allemand, Ernst Gräfenberg, qui a été l’un des premiers médecins à décrire la zone en 1950 (bien qu’il en soit également fait mention dès le 17ème siècle par un médecin hollandais).

En théorie, le point G est une zone de chair d’environ la taille d’une pièce de 2 euros, située dans le vagin à environ 5 à 7 cm sur la paroi antérieure (la partie la plus proche de l’estomac). Certaines femmes indiquent qu’à cet endroit, le tissu est différent du pourtour, un peu plus épais, strié ou légèrement plus rugueux au toucher, et qu’il se gonfle quand il est massé ou qu’elles sont excitées.

Au fil des décennies, différentes études scientifiques ont été menées pour tenter de déterminer ce qu’était réellement le point G et quelle était sa fonction. Certaines recherches suggèrent qu’il fait partie de l’« éponge urétrale » : un tissu charnu entourant l’urètre de la femme (le canal de l’urine en langage courant) qui se gonfle de sang quand une femme est excitée et qui comprime le canal pour éviter qu’elle urine accidentellement pendant le rapport sexuel. D’autres recherches récentes estiment que le point G fait en réalité partie d’une plus grande structure appelée le « complexe clitorido-urètro-vaginal » ou « CUV ». Ces études avancent que le clitoris n’est un simple appendice à l’extérieur du corps, mais qu’il présente en fait des « ramifications » ou des « bulbes » qui s’étendent à l’intérieur des parois du vagin et qui rendraient la zone du point G extrêmement sensible. Toutefois, nous n’en sommes encore qu’aux spéculations.

Le débat se poursuit parmi les scientifiques et les spécialistes quant à la nature et à la fonction véritables du point G. Cependant, quelle que soit la vérité qui se cache derrière ce mystérieux « bouton magique », il est certain que la stimulation de ce point de la paroi vaginale peut avoir un formidable effet de béatitude chez de nombreuses femmes. Beaucoup affirment que les pressions et les caresses sur cette zone sont un véritable délice qui peut les amener à l’orgasme, parfois d’une manière qui semble plus profonde et différente d’un orgasme obtenu par la seule stimulation du clitoris. D’autres jurent que la stimulation du point G peut déclencher une éjaculation féminine, un sujet vivement controversé, mais qui consiste en l’expulsion d’un fluide par la zone génitale ; quelques gouttes dans certains cas et parfois un jet plus spectaculaire.

Certaines femmes indiquent par ailleurs que caresser le point G peut leur donner l’impression qu’elles sont sur le point d’uriner, même si parfois, le fait de dépasser cette sensation initiale peut se terminer par un orgasme. Comme pour tout ce qui touche au sexe et aux parties intimes, chacun est différent. Si la stimulation du point G fonctionne pour vous, c’est parfait, sinon, pas de soucis. L’idée est de prendre du plaisir à explorer.

Comment le localiser ?

Pour tenter de trouver votre point G par vous-même, déposez tout d’abord une perle ou deux de lubrifiant, tel que Durex Real Feeling sur votre index, glissez-le dans votre vagin, puis repliez l’extrémité vers votre nombril, comme si vous faisiez signe à quelqu’un d’approcher. Frottez votre doigt d’avant en arrière, d’un côté à l’autre, en faisant des cercles, et faites attention à ce que vous ressentez et à la manière dont votre corps réagit. Si vous trouvez une zone qui semble plus gonflée, plus dure ou striée, vous êtes peut-être au bon endroit. Insérez également votre majeur pour une sensation plus profonde.

Beaucoup de femmes apprécient les pressions plutôt intenses sur le point G, alors à mesure que cette zone se détend, essayez des pressions légèrement plus fortes. Des tapotements peuvent aussi donner de bonnes sensations. Vous pouvez également utiliser votre autre main pour appuyer sur l’extérieur de votre ventre, autour du « mont de Vénus », là où commencent à pousser les poils pubiens. Cela permet de pousser sur le point G depuis l’extérieur (c’est aussi une formidable astuce à utiliser pendant les rapports !)

Les meilleurs ébats sont ceux qui vous conviennent, alors si vous passez tous les deux un bon moment, considérez que votre mission est un succès !

Comment puis-je le stimuler ?

Votre partenaire peut essayer de trouver votre point G en utilisant ses mains ou un vibromasseur, les règles sont les mêmes : utilisez le même geste comme pour faire signe d’approcher, faites attention à la texture du tissu et testez la vitesse, la pression et le mouvement de son toucher. Vous pouvez vous placer sur le dos pendant que votre partenaire joue avec vous ou essayez la levrette : votre partenaire insère un doigt ou un sex toy lubrifié alors que vous êtes à quatre pattes, ce qui lui permet plus facilement d’appuyer sur cette zone particulière de la paroi vaginale. Vous vous écrierez peut-être : « C’est G-nial ! »

Comme toujours, la communication est essentielle : vous ne devez pas avoir peur de dire à votre partenaire si vous souhaitez qu’il vous masse plus vite, plus lentement, plus doucement ou avec plus d’intensité. Essayez de l’encourager en associant vos demandes à des commentaires positifs de sorte qu’il ne se sente pas trop découragé par la critique. Par exemple « Ooooh, j’adore ça... quand tu me touches très doucement, c’est fantastique ! » Essayez tous les deux de ne pas trop vous frustrer si la recherche du point G pose un souci. Comme nous l’avons dit, cette région fonctionne différemment selon les femmes et certaines trouveront cela plus étourdissant que les autres. Les meilleurs ébats sont ceux qui vous conviennent, alors si vous passez tous les deux un bon moment, considérez que votre mission est un succès !

Il est aussi possible de stimuler le point G pendant la pénétration. L’utilisation de préservatifs nervurés, comme Durex Pleasure Me ou Durex you & Me, peut aider, de même que les positions sexuelles, comme le simplissime « Missionnaire Surélevé » : semblable au classique missionnaire où l’homme est au-dessus, si ce n’est que la femme place un oreiller sous ses hanches ou ses fesses pour incliner son bassin vers le haut, ce qui fait que le pénis frotte contre la zone clé... comme Aladin qui ordonne au génie de la lampe d’apparaître ! Le sexe par derrière permet également d'atteindre le point G aisément, en particulier si la femme abaisse le haut du corps tout en gardant les fesses en hauteur. Si la femme est au-dessus, face à son amant, l’Andromaque, elle pourrait découvrir une sensationnelle stimulation du point G si elle se penche en arrière (pas trop toutefois, car cette inclinaison pourrait être douloureuse pour la verge).

Une dernière bonne nouvelle : certaines preuves suggèrent qu’à mesure que les femmes avancent en âge et que leur taux d’hormone sexuelle œstrogène chute (généralement à partir de 30 ans), leur point G devient plus sensible. Alors, même s’il vous faut des années pour le trouver, le point G pourrait vous procurer encore plus de sensations quand vous le découvrirez enfin !



Nos produits les plus consultés


Articles les plus lus