La masturbation féminine peut encore faire partie des tabous, à la fois dans le couple, ou lorsque vous en parlez entre ami(e)s. Pourquoi ? Peut-être parce que l’on part encore du principe que les femmes auraient moins de « besoins sexuels » que les hommes…

 

Plaisir solitaire : un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout

… Ce qui est faux. Les hommes n’ont pas « besoin » de sexe ; ils sont simplement davantage encouragés à trouver normal d’en avoir envie… et les femmes en ont envie aussi ! Une fois de temps en temps, tous les jours, ou plusieurs fois par jour…

Il existe également, ceci dit, des personnes qui se définissent comme « asexuelles » (intéressées, ou pas, par des relations amoureuses, mais sans sexe). Et c’est tout à fait valide aussi ! Homme ou femme (cisgenre ou trans), vos envies de sexe vous appartiennent et il n’y a pas de norme : ce qui est important, c’est comment vous vous sentez, et la manière dont vous allez traiter vos partenaires.

 

Les femmes et la masturbation. Oui madame !

Si vous êtes une femme et que vous vous masturbez ou que vous avez envie de vous masturber, sachez donc que vous êtes complètement « normale » (même si en matière de sexualité, parler de norme n’est jamais vraiment adapté…).

En fait, tous les enfants se masturbent lorsqu’ils sont très jeunes : il s’agit d’une manière de découvrir leur corps. A partir de deux ans, en général, ils cessent simplement de le faire en public, mais la masturbation peut continuer jusqu’à l’adolescence, et au-delà, bien entendu. Une étude indique que 80% des français de 18 à 34 ans, et 64% des françaises du même âge, se masturbent* – et aiment ça.

La masturbation féminine (ou masculine) serait, contrairement à certaines idées reçues, bonne pour la santé. Les hormones du plaisir (dopamine et endorphine) n’ont pas besoin de savoir que vous êtes accompagnée pour se libérer dans votre organisme (vous pouvez en apprendre davantage sur les « hormones de l’amour » ici) et contribuer à la réduction du stress, à l’amélioration de la qualité du sommeil profond, ou encore au maintien en bonne condition du système cardiaque. Se masturber pendant les règles permettrait aussi de réduire la douleur.

 

Prendre du plaisir seule pour la première fois

Vous ne vous êtes « jamais » masturbée (enfin, pas depuis que vous pouvez vous en souvenir) ? Si vous avez envie d’essayer, voici quelques petits conseils « première masturbation » :

Essayez de trouver un coin tranquille, où vous ne serez pas dérangée. Les premières fois, autant ne pas craindre d’être interrompue en plein milieu.

  • Si vous voulez commencer en duo avec votre partenaire, rien ne vous en empêche, mais vous pouvez aussi choisir de garder cela pour vous.
  • N’hésitez pas à vous caresser ailleurs que dans la zone « de la culotte » : cou, bouche, seins, ventre, cuisses… Soyez à l’écoute de vos sensations. Vous pouvez aussi imaginer un scénario érotique, comme dans les jeux de rôles sexuels.
  • Le clitoris ne se limite pas au prépuce (le petit « capuchon » qui le protège). En fait, il a une tige invisible, qui part du gland, et des « bras » qui entourent le vagin. En résumé, le clitoris, c’est comme un iceberg : la partie immergée (et qui peut vous renverser) est cachée ! Tout ceci pour dire qu’il n’y a pas de règles, simplement de l’exploration, et, on vous le souhaite, du plaisir. Jouer avec le gland du clitoris est efficace mais cette partie peut être un peu trop sensible pour une première masturbation. Vous pouvez frotter autour du gland et voir si cela vous plait, varier l’intensité… Au fur et à mesure, vous verrez ce qui « fonctionne » ou pas…

Et rien ne vous empêche d’utiliser du lubrifiant !

 

Déjà initiée au plaisir solitaire ? Pourquoi ne pas tester un vibromasseur ?

Vous connaissez déjà bien votre corps, et vous avez envie d’explorer des choses nouvelles ? Vous pouvez essayer un vibromasseur (comme le Vibro Pure Fantasy Orgasm’Intense de Durex). Vous pouvez le tester d’abord seule, avant de proposer à votre partenaire de l’employer à deux. Dans votre lit, sous la douche…

N’hésitez pas à l’utiliser ailleurs que dans la zone clitoridienne : sur les seins, le périnée… La seule chose dont il faut se souvenir est que l’on ne passe jamais d’une pénétration anale à une pénétration vaginale, pour des questions d’hygiène : entre les deux, il faudra laver le vibromasseur, ou utiliser un préservatif que vous retirerez après la pénétration anale.

Sources* :

https://100feminin.fr/plaisirs-solitaires-les-astuces/

https://www.doctissimo.fr/html/sexualite/mag_2000/mag1208/se_3130_masturbation_conseil.htm

https://www.ladepeche.fr/article/2015/09/18/2179916-decouvrez-les-bienfaits-de-la-masturbation-sur-la-sante.html

https://fr.statista.com/statistiques/474630/pratique-de-la-masturbation-chez-les-jeunes-en-france/

https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=10-bienfaits-masturbation

 

Peut aussi vous intéresser

Comment faire une masturbation inoubliable ?

Vous voulez savoir comment masturber votre partenaire ? Vous êtes au bon endroit.
Plus