ATTENTION

Nous ne pouvons pas garantir que la page s'affichera correctement dans votre navigateur. Veuillez nous rendre visite depuis Chrome, Safari, Opera ou Firefox.

UNE OFFRE INTENSE EST ARRIVÉE ACHETEZ-EN DEUX, OBTENEZ-EN UN GRATUIT
J'EN PROFITE
Restez chez vous, on vous livre !
https://www.durex.fr/pages/livraison-et-retours
Stock disponible et livré à domicile
J'EN PROFITE
Fermer
ANAL, BIENVENUE AU 7ème CIEL ?
ANAL,
BIENVENUE AU 7ème CIEL ?

 

Pourquoi de plus en plus de gens s’orientent vers la pratique de l’anal, notamment chez les 18-24 ans ? En effet depuis 1992, le nombre de femmes déclarant avoir déjà essayé la sodomie a doublé pour passer à près de 40%1.

Même si le sujet est encore tabou, il suscite de plus en plus l’intérêt de nombreux couples.

Pourquoi ? Je vous le donne en mille : les orgasmes qu’il peut provoquer (si c’est bien préparer).

Pourquoi cette zone autrefois bannie attise aujourd’hui la curiosité de nombreux couples de plus en plus libérés ?

Qu’est-ce que le fameux point P ?

Est-ce que le point G = le point P en termes de sensations ?

Sans le point P, l’anal vaut-il vraiment le coup lorsque l’on est une femme ?

Nous allons essayer d’apporter une réponse à toutes ces questions mais commençons tout d’abord par un petit cours d’anatomie.

POURQUOI L’ANAL PEUT-IL PROVOQUER UN PLAISIR INTENSE ?

La zone anale est très érogène car très vascularisée et innervée. Cette zone est plus complète que les autres zones érogènes car les parois externes et internes ont chacune leur spécificité.

Les terminaisons nerveuses internes sont très sensibles aux sensations de pressions et de distension et les terminaisons nerveuses externes, elles, sont plus fans des frottements et des changements de températures2.

Une complémentarité qui fait ainsi exploser le potentiel à orgasme de cette zone du corps pour peu qu’on la prépare bien.

On a tendance à croire que la zone anale est totalement indépendante de la zone génitale. Faux.

Ces deux zones font en fait parties d’un seul et même groupe anatomique puisqu’elles partagent les mêmes structures nerveuses et vasculaires2.

De là à dire que tous les orgasmes sont anaux, il n’y a qu’un pas puisque tous les muscles se contractent lors de l’orgasme quelle que soit la source du plaisir sollicitée2.

D’où l’importance de bien préparer votre partenaire avant la pénétration. En stimulant la zone externe en caressant avec votre doigt l’anus, en appliquant une pression sur le périnée ou en pratiquant un anulingus, vous augmenterez son désir et son excitation. Votre partenaire sera alors détendu.e et aura envie que vous stimuliez aussi la zone interne.

UN ORGASME ? OH OUI ! PLUTOT 3 FOIS QU’UNE !

Au-delà des raisons purement anatomiques, l’anal a pour réputation de provoquer de puissants orgasmes pour de nombreuses autres raisons.

La première, c’est qu’il demande beaucoup plus de préparation qu’un autre type de pénétration. Temps pendant lequel le désir et l’excitation montent beaucoup plus haut.

La seconde c’est l’osmose au sein du couple. Pour être réussi, il faut une bonne dose de respect, d’écoute et de communication. Des facteurs qui permettent de renforcer l’harmonie du couple pendant l’acte et donc d’augmenter les chances d’avoir un ou des orgasmes puissants.

La troisième ce sont les différentes émotions qu’il provoque et le parfait équilibre de ces dernières. Un joyeux mélange de douleur et de désir, d’appréhension et de confiance. Ce petit goût d’interdit qui a pour résultante des orgasmes bien plus forts que lors de pratiques plus conventionnelles.

QU’EST-CE QUE LE POINT P ?

Si les femmes ont leur point G, on ne voit pas pourquoi les hommes n’auraient pas le droit d’avoir leur point P !

Et ce n’est pas un mythe, ce point P pour Prostate existe bien3. Il est juste un peu méconnu du fait de son moyen pour l’atteindre qui a tendance à rebuter plus d’un homme puisque cet organe pas plus grand qu’une châtaigne est bien caché le long du rectum.

La prostate qui a pour vocation première de produire une partie du liquide spermatique est surtout constituée d’une multitude de tissus érectiles.

Vous voyez où on veut en venir ? Hé bien oui, stimulée par un doigt, un sexe ou un jouet bien lubrifié, cette glande provoque un plaisir extatique voire divin pour certains.

Mais rassurez-vous, si jamais vous êtes plutôt rebuté à l’idée de voir quelque chose ou quelqu’un vous titiller l’intérieur, vous pouvez aussi avoir un petit avant-gout du plaisir éprouvé avec une simple stimulation ou pression du périnée situé entre le scrotum et l’anus.

Si nous revenons un peu en arrière, lorsque l’on est à l’état d’embryon, on découvre en fait que cette fameuse prostate est présente. Ce n’est que lors de la formation du sexe du bébé qu’elle devient un organe à part entière pour un garçon (le point P) ou prend la forme de tissus le long de la paroi vaginale (le point G).

MAIS ALORS POINT G = POINT P ?

Difficile à dire car nous sommes tous différents mais il semblerait que l’orgasme prostatique se rapproche plus de la puissance d’un orgasme féminin que l’orgasme phallique.

Certains adeptes de cette pratique la qualifient de « plaisir nouveau et intense. Une vague plaisante et un spasme très agréable parcourent l’intégralité du corps »4.

D’autres évoquent « une explosion de sensations plus large que l’orgasme traditionnel qui coupe les jambes » 4.

Au-delà de la « puissance de frappe » c’est aussi la possibilité d’avoir de multiples orgasmes en simultané qui fait penser à l’orgasme féminin. Certains assurent qu’ils peuvent « atteindre 10 orgasmes en une vingtaine de minutes » 4. D’autres ont eu « 4 orgasmes de plus en plus forts et plus longs » 4 que les orgasmes dits traditionnels. 

MAIS ALORS SANS POINT P, CA VAUT QUAND MEME LE COUP QUAND ON EST UNE FEMME ?

La réponse est bien évidemment oui. Surtout si vous le faites non pas pour faire plaisir à votre partenaire mais dans un but mutuel d’explorer ensemble de nouvelles frontières.

D’ailleurs 94% des femmes ayant pratiqué le sexe anal lors de leur dernier rapport sexuel, déclarent avoir eu un orgasme5. Taux bien plus élevé que celle qui ont eu un rapport vaginal ou un cunnilingus.

Au-delà des caractéristiques anatomiques de la zone anale que nous avons vu plus haut, un autre facteur est donc la clé des orgasmes : être libéré.

Un couple épanoui et sur la même longueur d’ondes qui prend le sexe pour un jeu aura bien plus de chances de multiplier les orgasmes.

Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire : jouez, soyez curieux, communiquez, lubrifiez, protégez-vous et surtout lâchez-vous !

 

Sources :

1 https://www.slate.fr/story/28999/pourquoi-les-femmes-qui-pratiquent-la-sodomie-ont-plus-dorgasmes

2 https://www.doctissimo.fr/html/sexualite/desir/articles/15415-sodomie-orgasme.htm

3 https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-sante-du-quotidien/2459132-point-g-homme-point-p-plaisir-prostatique/

4 https://www.vice.com/fr/article/yw7qxk/messieurs-il-est-temps-de-briser-le-tabou-de-lorgasme-prostatique

5 https://www.slate.fr/story/28999/pourquoi-les-femmes-qui-pratiquent-la-sodomie-ont-plus-dorgasmes

 

 

Panier

Ajoutez 35,00€ à votre panier pour bénéficier d'une livraison GRATUITE.
Livraison gratuite
Votre panier est vide.
Ajoutez notre bestseller pour bénéficier d'une livraison GRATUITE.
Sous-total 0,00€ Frais de port et remises calculés à la caisse
Continuer Vos Achats Procéder au paiement
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DUREX, OBTENEZ EN RÉCOMPENSE
UN BON POUR 10% DE RÉDUCTION *
*T&C apply

Cher Client, veuillez remplir le formulaire ci-dessous. Nous vous contacterons prochainement

Ce formulaire est uniquement destiné aux demandes de renseignements sur le B2B. Seules celles s'y rapportant recevront une réponse. Merci de votre compréhension

translation missing: fr.contact.form.post_error
Merci de nous avoir avoir contacté. Nous vous reviendrons le plus rapidement possible.